Son histoire

À toutes les époques et dans toutes les cultures, l’homme a toujours utilisé la paille pour la construction, que ce soit pour les murs ou pour le toit. Si les maisons en paille d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec les habitats primitifs, elles utilisent toujours le même matériau.

Aux origines

La construction végétale est présente sur tous les continents et ce, depuis des millénaires. Le torchis est l’une des techniques les plus anciennes. Il s’agissait alors de mélanger de la paille avec de la terre de manière à former des parois solides et isolantes. Ce mode de construction daterait du Néolithique. Aujourd’hui, la paille n’est guère présente dans les constructions occidentales mais reste très importante dans les pays de l’hémisphère sud, notamment en Afrique où le manque de moyens motive souvent de type de constructions.

Une invention révolutionnaire : la botte de paille

C’est à la fin du XIXe siècle que la botteleuse vint changer les habitudes de construction. Jadis, on utilisait la paille telle qu’elle était stockée, c’est-à-dire en vrac. Avec l’arrivée des premières botteleuses mécaniques, on a pu commencer à ranger la paille en bottes bien droites et régulières. Les premières vraies maisons en paille sont nées au Nébraska. Cette région, à la terre très sableuse et aux arbres rares, n’était vraiment pas propice à la construction mais ses habitants ont vite compris qu’ils pouvaient se servir de ces bottes de foin pour construire leurs maisons. Ce mode de construction perdura pendant quelques décennies, s’étendant aux régions voisines pour disparaître doucement au profit des autres matériaux.

1930-1970

L’époque n’est plus vraiment aux constructions de paille et la période 1930-1970 témoigne plutôt du succès grandissant du béton. De nombreux pays se lancent alors dans l’industrialisation massive et l’immobilier suit cette tendance. L’âge d’or du béton ne fait que commencer et les techniques ancestrales de construction sont complètement oubliées par les peuples.

Renaissance aux États-Unis

Au début des années soixante-dix, quelques pionniers américains décident de se tourner à nouveau du côté des maisons en paille. Publié en 1973 par Roger Welsch’s, le livre Shelter qui évoque la construction en paille en inspire beaucoup. Cette mode et cette technique commencent doucement à se répandre dans le pays, puis Outre-Atlantique. En France, il faudra attendre le milieu des années quatre-vingt pour que les constructions en paille commencent peu à peu à revenir au goût du jour.

Aujourd’hui en France

De nos jours, les constructions en paille restent encore peu nombreuses sur le territoire français mais en intéressent de plus en plus. L’offre professionnelle étant peu compétitive dans ce domaine, beaucoup de particuliers s’improvisent auto-constructeurs et, aidés par des artisans et des initiés, font le choix de construire eux-mêmes leur maison en paille. Les circonstances économiques et écologiques étant ce qu’elles sont, de plus en plus de personnes souhaitent se former à ce type de constructions et ce savoir-faire, jadis expérimental, se professionalise peu à peu.

Comments are closed.